Leur proximité des agglomérations, qui sont les plus sensibles aux perturbations induites par l'activité portuaire (qualité de l'air, amélioration des eaux côtières, bruits, embouteillages provoqués par la mobilité inhérente à l'activité portuaire...) et le besoin d'assurer la croissance de l'activité et de la surface portuaires dans des zones à forte densité urbaine où la concurrence pour l'occupation des sols est donc féroce, ont conduit tous les grands ports à améliorer leur performance environnementale et à s'attaquer aux problèmes environnementaux découlant de leur activité.

Néanmoins, dans un contexte de plus en plus mondialisé, les ports sont confrontés à de nouveaux défis, comme par exemple l'évolution du poids de certaines grandes routes commerciales, la concurrence de plus en plus féroce que se livrent les ports afin de capter de nouveaux trafics et de traiter davantage de marchandises, ou encore le besoin d'améliorer la performance de la chaîne logistique, un élément qui concerne les ports au premier chef.

Le secteur du transport maritime doit pour sa part s'adapter très rapidement à la nouvelle réglementation environnementale applicable aux navires, notamment les nouveaux seuils très stricts d'émissions de gaz polluants et de particules, en application de l'annexe VI de la convention Marpol.

Les ports sont donc tenus de s'adapter à ce nouveau contexte commercial et de réglementation environnementale, en améliorant l'efficacité et la performance de leurs services et activités (port zéro papier, rapidité des services portuaires…), en augmentant leurs tirants d'eau afin de pouvoir accueillir les nouveaux navires de plus grande taille, en offrant des surfaces complémentaires destinées aux activités logistiques, en exploitant les dernières évolutions des technologies de l'information afin de moderniser leurs services et activités, et en fin de compte, en se différenciant des autres ports selon deux axes de modernisation : le port intelligent et le port durable.

Le pari du développement durable des ports constitue finalement un maillon indispensable de l'articulation port – ville et de sa croissance à venir, tout en leur permettant de se moderniser et de se différencier des autres ports, dans un contexte d'échanges internationaux de plus en plus mondialisé.