Pour les prochains événements où rencontrer les représentants du Port de Barcelona, cliquez ici.

Actualités par année
2022 - 2021 - 2020 - 2019 - 2018 - 2017 - 2016 - 2015

7 juin - Une vingtaine d'entreprises françaises visite le Port de Barcelona

Des représentants d'une vingtaine d'entreprises française ont visité le Port de Barcelona début juin pour découvrir in situ ses installations et son plan stratégique. La délégation française était accompagnée par Claire Perez et Nathalie Thomas, les représentantes du Port de Barcelona en France, ainsi que Lluís Paris, chef de la division Automobiles, Ro-Ro, SSS & vrac.

Une partie des entreprises de la délégation française, membres du Propeller Club de Lyon et de l'association TLF - Transport & Logistique de France, a profité du déplacement pour se rendre au Salon International de la Logistique (SIL) de Barcelone, dont l'édition 2022 a clôturé le 2 juin, et y rencontrer des partenaires. D'autres acteurs du secteur transport et logistique et des importateurs/exportateurs de la région Sud-Ouest ont complété le groupe de visiteurs français.

Le Port de Barcelona prête une attention toute particulière aux besoins des utilisateurs français. En plus de l'offre de lignes régulières interocéaniques et de short sea shipping (autoroutes de la mer), le Port propose des connexions intermodales fiables et compétitives avec les principaux centres de distribution domestiques. Le service de Synergy, filiale logistique et ferroviaire de Hutchison Group, opérateur du terminal BEST, qui connecte Barcelone à Bayonne en combinant train jusqu'à Noain avec camion jusqu'en France. Des opérateurs français de la région Nouvelle Aquitaine, présents à la visite, sont déjà utilisateurs de cette solution plus durable.


La délégation d'entrepreneurs français a visité différentes infrastructures du Port de Barcelona.

Pour faciliter le passage des marchandises entre Barcelone et la France, le Port de Barcelona dispose actuellement de deux délégations, en Occitanie et en Auvergne-Rhône-Alpes, qui ont pour mission de promouvoir les services du Port dans ce marché de la moitié Sud de la France, et accompagnent les opérateurs français afin que leurs activités se déroulent dans les meilleures conditions de coût et de fluidité. Le Port est également actionnaire de la SAEML (société anonyme à économie mixte) à Perpignan. En outre, les utilisateurs français du Port de Barcelona bénéficient de conseil douane et logistique, d'un suivi de leurs opérations, de l'appui du service client (SAC), et d'un accès à différents outils de traçabilité traduits en français: Portic CSMF, CTA, temps d'accès aux terminaux.

10 juin - Le transport ferroviaire, un maillon durable dans le transport d'aliments pour animaux au Port de Barcelone

Le Port de Barcelone est un point d'entrée et de sortie important pour les différents trafics de produits agroalimentaires, entre lesquels nous distinguons ceux destinés à la consommation humaine et ceux qui entrent dans la composition d'aliments pour animaux.

Dans la première catégorie, l'importation de blé (pain et pâtes) est une activité régulière qui représente entre 150 et 400 000 tonnes/an et varie selon les récoltes nationales. Le maïs importé est lui principalement destiné à des processus industriels (obtention d'amidon comme additif pour d'autres préparations alimentaires).

Dans la catégorie des céréales destinées à la fabrication d'aliments pour animaux, le trafic le plus important est l'importation de soja pour les usines Bunge et Cargill, qui sont situées dans le port. Le volume est généralement constant, autour de 1,5 million de tonnes par an. En 2021, ce trafic a atteint les 1,7 million de tonnes.

Après le broyage des fève de soja, on obtient deux produits principaux : d'une part, la farine de soja, destinée à l'alimentation animale, et d'autre part, l'huile de soja, destinée à la production de biodiesel.

La farine obtenue dans le Port de Barcelone représente environ 50% du marché national.

Il s'agit d'un produit délicat car la teneur en protéines et en humidité doit être très soigneusement contrôlée. C'est la raison pour laquelle les clients préfèrent la farine produite localement à celle importée du Brésil, d'Argentine ou encore des États-Unis, par crainte de problèmes de qualité, de traçabilité, ou de détérioration de la marchandise pendant le transport.


Port de Barcelona Terminal vrac solide.

Ces dernières années, la production porcine en Aragon a énormément augmenté et les élevages et abattoirs de porcs ont proliféré. Cela a conduit à une industrialisation totale de cette activité et, avec elle, de la production d'aliments pour animaux, de sorte que l'approvisionnement en matière première de manière sûre, économique et massive est devenu une exigence incontournable pour garantir cette activité.

Le Port de Barcelone est un point clé de l'activité de production de viande porcine, qui commence par l'importation des graines de soja, leur transformation en farine qui est ensuite acheminée par train en Aragon. A l'export, la viande surgelée est transportée en conteneurs reefer entre le terminal maritime de Saragosse (Tmz) et le Port de Barcelone, pour être exportée vers l'Asie. Dans les deux sens, import et export, c'est le mode ferroviaire qui est utilisé entre Barcelone et le terminal intérieur.

A l'import, son utilisation a débuté il y a plus d'un an avec une circulation hebdomadaire de 900 tonnes de farine de soja. Aujourd'hui, le nombre de circulation a doublé car le marché exige de plus en plus d'industrialisation de la chaîne.

Des modifications importantes de l'infrastructure ferro-portuaire sont en cours afin d'augmenter sensiblement le volume transporté et une augmentation du nombre d'installations d'accueil ferroviaire est encouragée. Par exemple une première étape a été l'investissement de la part du Port de Barcelone à hauteur de 5 % dans le terminal intermodal de Monzón (TIM), dans le but de faciliter les importations de farine de soja, afin que les producteurs d'aliments pour animaux puissent venir chercher au terminal les quantités dont ils ont besoin, sans avoir à gérer toute la chaîne depuis le port.


Terminal Intermodal de Monzón (TIM).

Les volumes de farine de soja entrant en Aragon sont estimés à plus de 300 000 tonnes par an, ce qui pourrait représenter l'équivalent d'environ 300 trains !

La luzerne est un autre grand produit d'alimentation animale qui passe par Barcelone. Ce produit est exporté en conteneur vers les pays du Moyen-Orient tels que les Émirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite et le Qatar, et, dans une moindre mesure, vers la Chine, la Corée du Sud et le Japon.

En 2021, un total de 88 672 EVP a été exporté. Ici également, étant donné la valeur de la marchandise, c'est encore le mode ferroviaire qui a été choisi pour acheminer ces conteneurs entre Tmz et les terminaux à conteneurs de Barcelone.

Ces exemples permettent d'illustrer l'engagement du Port de Barcelone en faveur du développement durable, réaffirmé dans son nouveau plan stratégique , pour contribuer notamment à l'amélioration des niveaux de pollution et de congestion de la ville.

27 avril - Le Port de Barcelone présente ses services intermodaux au medFEL

Le Port de Barcelone participe au medFEL, le salon pour les fruits et légumes de la Méditerranée, qui se tient à nouveau en présentiel à Perpignan (France) les 27 et 28 avril. Le Port dispose de son propre stand (C11) avec deux co-exposants, opérateurs spécialisés dans la chaîne logistique des produits frais - LeoProex et Transitainer - et certifiés par le Label de Qualité du Port de Barcelone.

Le Port de Barcelone participe pour la onzième année consécutive à ce salon afin de promouvoir son offre complète de connectivité, d'infrastructures et de services spécialisés dans les produits frais auprès des importateurs / exportateurs et des opérateurs logistiques du secteur des fruits et légumes, qui le placent comme le principal hub euro-méditerranéen pour les trafics sous température dirigée.

Concernant la connectivité maritime, Barcelone dispose de services et de transit time très compétitifs avec les principaux ports des marchés ibéro-américains et asiatiques, et de services quotidiens de transport maritime à courte distance (SSS Short Sea Shipping) avec les pays de la côte méditerranéenne.


La délégation est formée cette année par le chef du département Automobile, RoRo, SSS & Bulk du Port de Barcelone, Lluís París; le SSS & Bulk Manager, Javier Méndez; et la représentante du Port en France, Nathalie Thomas.

Ces services, exploités par les compagnies maritimes Grandi Navi Veloci, Grimaldi Lines, Grupo Suardíaz et Cotunav, sont à nouveau en forte croissance après les restrictions dues à la pandémie. Actuellement, Barcelone propose des services réguliers avec les ports méditerranéens de Tanger, Nador, Tunis, pour l'Afrique du Nord, et ceux de Gênes, Savone, Livourne, Porto Torres, Civitavecchia et Sète pour le Sud Europe. La mise en service de nouveaux navires, tels que la série ECO de Grimaldi Lines, qui, outre l'intégration d'améliorations dans le domaine de l'efficacité et de la durabilité les certifiant « navires Zéro émission » au port, sont également les navires Ro-ro de plus grande capacité au monde avec 7 800 mètres linéaires pour le fret, garantit le maintien de cette croissance à l'avenir.

Les terminaux à conteneurs du port -BEST et APM Terminals Barcelona-, ainsi que le terminal polyvalent Port Nou ont également réalisé d'importants investissements pour offrir les meilleurs services pour les trafics sous température dirigée. Le Port de Barcelone dispose actuellement de plus de 3 500 connexions permanentes pour les conteneurs reefer, ce qui le place au premier rang méditerranéen pour les marchandises réfrigérées. Ces infrastructures sont complétées par des services logistiques et intermodaux spécifiques à ce type de marchandises.

Du point de vue du transport terrestre, les représentants du Port expliquent l'offre intermodale et les services logistiques entre Barcelone et les principaux marchés ibériques et européens. En plus des services spécifiques pour les conteneurs sous température dirigée, tel le service ferroviaire de Canal Frío, qui relie quotidiennement Saragosse et Barcelone, l'engagement pour le ferroviaire de l'infrastructure catalane se concrétise par une offre complète de services visant à offrir les options de transport les plus durables aux opérateurs logistiques, aux importateurs et aux exportateurs.

La nouvelle autoroute ferroviaire pour camions et remorques entre Barcelone et Bettembourg (Luxembourg) développée par l'opérateur logistique VIIA en est une autre illustration. Ce service, avec trois fréquences hebdomadaires dans les deux sens et une capacité de 42 UTI, complète l'offre maritime et terrestre du Port de Barcelone et le place comme un port très compétitif pour les marchandises à destination et en provenance du centre de l'Europe.

25 avril - 2022 année prometteuse pour les engrais au Port de Barcelone

Les volumes des vracs solides au Port de Barcelone ont enregistré de bons résultats en 2021. 4,5 millions de tonnes ont été manipulés, soit 10 % de plus qu'en 2020. Parmi les principaux trafics, se détachent le soja, le ciment, les céréales et la potasse. En 2022, la tendance reste positive, avec une croissance de 21 % par rapport à l'année dernière, avec 1,1 million de tonnes accumulées jusqu'en mars.

Le Port de Barcelone est un hub naturel pour les exportations d'engrais, du fait de sa proximité avec les mines de sel et de potasse de Bages, à seulement 80 km du port. Le principal produit exporté est le chlorure de potassium, via le tout nouveau terminal privé du groupe ICL : ICL Iberia Barcelona Port. Ce tout nouveau terminal qui date de 2020, est situé sur le quai Alvarez de la Campa, et est connecté aux mines par voie ferroviaire, avec 4 services quotidiens. L'utilisation du rail permet de réduire de 66% la consommation de diesel et de 80% les émissions de CO2.




Les principales tendances des vracs solides au Port de Barcelone, zoom sur les engrais.

Le terminal dispose de deux convoyeurs pouvant charger chacun jusqu'à 1 200 tonnes/heure, de deux entrepôts de 22 000 m², d'un terminal ferroviaire à quatre voies de 450 mètres de long et d'une station de déchargement de camions. L'an dernier, ce sont 400 000 tonnes d'engrais qui ont transité par l'installation, toutes destinées à l'exportation, principalement vers le Brésil, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la France, et 500 000 tonnes de sel, principalement vers le Royaume-Uni, la France et les Pays-Bas.

Le terminal d'ICL a la capacité de traiter 4 millions de tonnes de sel et de potasse par an, ce qui permet d'envisager encore de belles progressions en volume. Au cours des trois premiers mois, 257 000 tonnes de sel et de potasse ont déjà été traitées et les prévisions sont à la hausse pour les années à venir.

Concernant les trafics conteneurisés, en raison de la nature des engrais, le taux de conteneurisation reste faible : 6 557 d'evp en 2021 sur les 3,5 millions d'evp traités à Barcelone, essentiellement à l'export vers le Chili, la Turquie, le Brésil, l'Égypte et le Maroc.

La connectivité qu'offre le port, que ce soit par voie maritime - plus de 100 services de Deep Sea pour les conteneurs, des liaisons fréquentes de short sea avec l'Italie et le Maroc* pour les remorques - ou par voie ferroviaire - notamment le service multimodal de Synergy reliant Bayonne à Barcelone - permet de développer des chaînes logistiques efficaces et durables.

*Suardiaz Ro-ro service entre Tanger et Barcelone 2/s - 120 remorques par voyage.

Pour plus d'informations : www.portdebarcelona.cat
SAC (service client) du Port de Barcelone : https://sac.portdebarcelona.cat/fr/
ICL Terminal -En ICL Iberia 1.619 salariés - CA 287M€ (2018). ICL Group 11.000 salariés dans le monde – CA 5.600M de dólares (2018)

24 février - Port de Barcelone, un point d'entrée stratégique pour les céréales dans la région, contribuant à l'équilibre céréalier en Espagne

Environ 1M de tonnes de blé transitent chaque année depuis la France par camion, afin de compenser les déficits nationaux conjoncturels. Ce sont ainsi entre 250 000 et 600 000 tonnes de céréales qui sont importées par le port de Barcelone, en fonction des récoltes espagnoles et européennes.

En ce qui concerne les vracs solides ayant transité par le port de Barcelone en 2021, un total de 4.46Mtonnes a été enregistré, en hausse de 10 % par rapport à 2020, où 4.01Mtonnes ont été traitées. Il est à noter que c'est le seul trafic qui se soit maintenu en 2020, avec une légère baisse de 0,6 %.


Terminal vrac Ergransa, au Port de Barcelona.

L'augmentation des vracs solides en 2021 s'explique principalement par la hausse de 17% des importations de fèves de soja (1.60Mton). Concernant les céréales, le trafic a globalement baissé de 8,4%, avec 406 650 tonnes contre 443 720 tonnes en 2020. La seule céréale qui a augmenté est le maïs avec +20%, principalement en provenance d'Europe de l'Est (Roumanie, Ukraine et Bulgarie), tandis que le blé, avec 68 400 tonnes provenant des mêmes origines que le maïs, a diminué de 45%.

Le seigle a connu le même volume de trafic qu'en 2020, avec 63 600 tonnes, principalement en provenance de Pologne. Les autres céréales destinées à l'alimentation animale telles que le sarrasin, le millet, les graines d'alpiste ont représenté 55 600 tonnes, et sont originaires de Lituanie et de Pologne.

La grande majorité des céréales importées par Barcelone sont destinées à la consommation humaine, et notamment le blé, destiné aux minoteries de la région de Lleida, Vilafranca del Penedès ou Vic.

Cette farine est ensuite fournie aux boulangeries et aux entreprises de production de pâtes de blé dur. Quant au maïs, sa principale utilisation est l'obtention d'amidon, qui est utilisé intensivement dans l'industrie alimentaire.


Quai Contradic terminal vracs solides, au Port de Barcelona.

Le terminal Ergransa (holding M.Condeminas) stocke les céréales dans ses infrastructures, au port de Barcelone, avec 3 bâtiments de silos de 145.000 tonnes comprenant 166 cellules indépendantes, et deux entrepôts horizontaux de 55.000 tonnes. Au cours de l'année 2022, le nouvel entrepôt pour les produits agroalimentaires sera achevé, équipé de panneaux photovoltaïques pour sa propre consommation électrique.

En savoir plus sur les terminaux vracs solides de Barcelone : ici

22 février - Le Port de Barcelona va investir 110 millions d'euros dans le projet Nexigen pour améliorer la qualité de l'air

Le Port de Barcelona va investir 110 millions d'euros dans son projet Nexigen pour décarboniser l'activité portuaire et améliorer la qualité de l'air. De ce montant, 90 millions d'euros d'investissement seront consacrés aux systèmes OPS (onshore power supply) pour connecter les navires en escale au réseau électrique, en utilisant de l'énergie propre certifiée d'origine 100% renouvelable. Les 20 millions d'euros restants seront utilisés pour déployer le réseau qui comprend la sous-station Port, la connexion haute tension dans la sous-station Ronda Litoral de Red Eléctrica et le déploiement du réseau moyenne tension dans toute l'enceinte portuaire.

Objectif 2030

L'objectif est qu'en 2030 tous les points d'amarrage des bateaux de croisière, le quai Prat et les terminaux de ferry du bassin de Sant Bertran et du quai Costa soient électrifiés, ce qui permettra l'élimination de 66.000 tonnes de CO2 et de 1.234 tonnes de NOx émises par l'activité portuaire. Cela signifie "réduire de 38% le NOx et le CO2 émis par les navires au cours de leur stationnement à quai et supprimer 22% des émissions de NOx y CO2 de toute l'activité portuaire", a avancé le président du Port de Barcelona, Damià Calvet, lors de la présentation du projet Nexigen. A long terme, l'électrification des quais du Port de Barcelona sera un élément clé pour atteindre l'objectif de port climatiquement neutre en 2050.

"Les bénéfices environnementaux significatifs obtenus grâce à l'électrification des quais du Port de Barcelona font que ce projet est au cœur de notre stratégie. C'est pourquoi nous avons donné un nom à ce Plan: Nexigen". Un nom, a expliqué Damià Calvet, qui a pour origine la fusion des mots next, generation et oxygène et qui trouve toute sa signification dans son objectif de "décarboner l'activité et améliorer la qualité de l'air, contribuant ainsi au bien-être des nouvelles générations. Un Plan d'avenir".


José Alberto Carbonell, directeur général du Port de Barcelona; Damià Calvet, président, et Ana Arévalo, Energy Transition Manager.


Le Port de Barcelona va investir 110 millions d'euros dans son projet Nexigen pour décarboniser l'activité portuaire et améliorer la qualité de l'air. De ce montant, 90 millions d'euros d'investissement seront consacrés aux systèmes OPS (onshore power supply) pour connecter les navires en escale au réseau électrique, en utilisant de l'énergie propre certifiée d'origine 100% renouvelable. Les 20 millions d'euros restants seront utilisés pour déployer le réseau qui comprend la sous-station Port, la connexion haute tension dans la sous-station Ronda Litoral de Red Eléctrica et le déploiement du réseau moyenne tension dans toute l'enceinte portuaire.

Objectif 2030

L'objectif est qu'en 2030 tous les points d'amarrage des bateaux de croisière, le quai Prat et les terminaux de ferry du bassin de Sant Bertran et du quai Costa soient électrifiés, ce qui permettra l'élimination de 66.000 tonnes de CO2 et de 1.234 tonnes de NOx émises par l'activité portuaire. Cela signifie "réduire de 38% le NOx et le CO2 émis par les navires au cours de leur stationnement à quai et supprimer 22% des émissions de NOx y CO2 de toute l'activité portuaire", a avancé le président du Port de Barcelona, Damià Calvet, lors de la présentation du projet Nexigen. A long terme, l'électrification des quais du Port de Barcelona sera un élément clé pour atteindre l'objectif de port climatiquement neutre en 2050.

"Les bénéfices environnementaux significatifs obtenus grâce à l'électrification des quais du Port de Barcelona font que ce projet est au cœur de notre stratégie. C'est pourquoi nous avons donné un nom à ce Plan: Nexigen". Un nom, a expliqué Damià Calvet, qui a pour origine la fusion des mots next, generation et oxygène et qui trouve toute sa signification dans son objectif de "décarboner l'activité et améliorer la qualité de l'air, contribuant ainsi au bien-être des nouvelles générations. Un Plan d'avenir".

Calendrier

L'électrification des quais est un processus complexe qui nécessite un certain temps à développer. 240 kilomètres de câble et 20,5 kilomètres de canalisations seront installés pour connecter les terminaux. Les prévisions du Port de Barcelona sont de "réaliser les premières connexions électriques de navires dans le terminal à conteneurs BEST et le Terminal Ferry de Barcelona entre fin 2023 et début 2024", a expliqué Ana Arévalo, Energy Transition Manager du Port de Barcelona.

Il y a maintenant deux ans, le Conseil d'Administration du Port de Barcelona a approuvé l'élaboration du Plan d'Électrification des Quais. En mars 2021, Red Eléctrica a confirmé la construction de la nouvelle sous-station Ronda Litoral, un infrastructure clé dans le projet. Cette nouvelle sous-station de 220 kV sera située tout près du Quai Príncep d'Espanya, dans la bande sud de la Ronda Litoral. L'appel d'offres pour le projet pilote du terminal BEST a quant à lui été lancé au mois de janvier dernier.

Les prochaines étapes seront d'effectuer la demande d'accès à une connexion grand consommateur à la sous-station Ronda Litoral de Red Eléctrica, une fois publiée la planification du réseau de transport d'énergie électrique pour la période 2021-2026, et de lancer l'appel d'offres pour le projet pilote du Terminal Ferry en avril. La connexion à la sous-station Ronda Litoral permettra le déploiement d'un réseau moyenne tension intelligent et flexible qui distribuera de l'énergie électrique d'origine renouvelable aux différents quais. Ensuite, les OPS qui comporteront le système de gestion de connexion adapté à chaque type de navire seront installés sur tous les quais.

L'efficacité du projet Nexigen quant à la réduction des émissions portuaires est garantie et permet aux responsables du Port de Barcelona d'assurer qu'il s'agit d'une "action climatique pour contribuer à une meilleure planète, davantage de bien-être pour la population et plus de respect pour le milieu naturel ". "Nous avons calculé très précisément les émissions des navires lors de leur stationnement au port, ainsi, avec le Plan d'Électrification des Quais nous aurons une action directe pour les éliminer", corrobore Ana Arévalo.

Les investissements élévés et la complexité d'un projet comme Nexigen nécessitent la collaboration des ports avec d'autres acteurs au niveau international. Ainsi, dans le domaine de la décarbonation de l'activité portuaire, le Port de Barcelona participe à deux projets importants. D'une part, le projet EALING, qui rassemble les ports de 9 pays de l'Union Européenne, permet de financer les études et les analyses des infrastructures de connexion électrique entre quai et navires (OPS) jusqu'au processus d'appel d'offres. Ce projet vise à obtenir une harmonisation technique et légale au niveau européen afin de standardiser les procédés d'alimentation en électricité des navires. D'autre part, le projet PIONEERS, qui compte 46 associés, a pour objectif de développer des solutions concrètes pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre dans les ports tout en préservant leur compétitivité. Ce projet a reçu une subvention de 25 millions d'euros dans le cadre du programme européen Horizon 2020.

"Nexigen permet au Port de Barcelona de se préparer à l'avenir et d'être à l'avant-poste dans décarbonation de l'activité portuaire, maritime et logistique", a souligné Damià Calvet ce matin pour conclure la présentation du projet Nexigen.

16 février - Damià Calvet, Président du Port de Barcelona: "Clôturer l'année 2021 avec un cash flow de 83 M€ nous permet de continuer à développer notre agenda stratégique"

Le Port de Barcelona a clôturé 2021 avec un chiffre d'afffaires de 151 millions d'euros, en hausse de 9% par rapport à 2020. Ce bon résultat fait écho à l'augmentation des flux de marchandises, même si, comme l'a expliqué ce matin le président du Port de Barcelona, Damià Calvet, "la croissance des trafics est supérieure à celle du chiffre d'affaires puisque celle-ci tient compte de l'enveloppe des aides financières en vigueur au Port de Barcelona pour favoriser la reprise économique et atténuer les effets de la pandémie".

Le Plan de Reprise, activé en 2021 et toujours en vigueur cette année, s'est traduit par une économie directe de près de 11 millions d'euros pour les opérateurs du Port de Barcelona, que l'Autorité Portuaire n'a pas encaissé. Ce soutien à l'activité des entreprises, qui bénéficie à l'ensemble de la société, fait du Port de Barcelona "un protagoniste de la reprise rapide de l'économie et de l'emploi pour contrer les de la pandémie", argumente le président.

Damià Calvet ajoute que "le Port de Barcelona clôture 2021 avec un cash flow de 83 M€, ce qui nous permet de continuer à développer notre agenda stratégique et à créer les conditions nécessaires pour favoriser la croissance de l'économie ". Le cash flow opérationnel augmente de 25% par rapport à 2020, retrouvant les niveaux habituels du Port, ce qui démontre sa robustesse financière et son potentiel investisseur.


Miriam Alaminos, directrice financière du Port de Barcelona, Damià Calvet, président et José Alberto Carbonell, directeur général au World Trade Center.


Au cours de la présentation des résultats de l'exercice 2021, la directrice financière, Miriam Alaminos, a expliqué que des investissements à hauteur de 69M€ ont été effectués. L'un des plus importants s'est porté sur l'acquisition des terrains de TOTAL Petrochemicals dans la ZAL Port, qui s'intègrent à présent au domaine portuaire.

Résultats de trafic

En ce qui concerne les trafics, le bilan de l'année est positif si l'on prend en compte que le trafic total du Port a atteint 66,4 millions de tonnes, soit une croissance de 11,8%. Ce résultat est important parce que non seulement il représente une hausse de 11,8% par rapport à 2020, mais il illustre également que "nous sommes seulement à 1,5% de moins que le trafic total atteint en 2019, notre record historique avant la pandémie", a expliqué Damià Calvet. Ce résultat a été rendu possible grâce à l'augmentation de tous les trafics principaux en 2021, à l'exception des vracs liquides.

Le trafic de conteneurs a battu des records en 2021, à 3,5 millions de TEU et une croissance de 19,3%. Si l'on compare avec l'an 2019, ce volumen reste en hausse de 6,2%. Le directeur général du Port de Barcelona, José Alberto Carbonell, a souligné que "dans le cas du trafic de conteneurs pleins, l'augmentation par rapport à l'an 2019 est de 9%, avec des résultats positifs tant au niveau des exportations et des importations, en hausse de 10 et 5% respectivement, que des transbordements, qui connaissent une hausse de 14%". Ces bons résultats supposent que "le record atteint en trafic total de conteneurs concerne aussi bien les conteneurs export, import et en transit", remarque Carbonell.

"Cela a été possible parce que de plus en plus de compagnies maritimes font confiance au Port de Barcelona, pas seulement pour leurs exportations et leurs importations, mais aussi pour leurs transbordements. Et cela se traduit par une diversification de nos clients encore plus importante. La bonne productivité des terminaux du Port de Barcelona et la qualité élevée de la manutention, ajoutées au réseau de services performants nous placent dans le groupe de tête des alternatives pour les compagnies", conclut le directeur général.

En ce qui concerne le trafic ro-ro, 397.000 UTIS ont été traitées en 2021, en augmentation de 14,3% par rapport à 2020. Le trafic des véhicules neufs, l'un des plus touchés par le contexte actuel d'incertitude et de crise économique causées par la pandémie, croît de 3,9%, avec 499.000 unités traitées.

Quant aux vracs liquides, le trafic atteint en 2021 est de 12,4 millions de tonnes, en baisse de 3,4%. Les vracs solides quant à eux clôturent l'année avec un volume de 4,5 millions de tonnes, soit 9,9% de plus qu'en 2020. L'engagement du Port de Barcelona depuis des années pour l'intermodalité et le développement durable a porté ses fruits, avec une augmentation notable du trafic ferroviaire. Ainsi, en 2021 ce sont 318.971 conteneurs qui sont entrés ou sortis de l'enceinte portuaire par le rail, ce qui signifie une croissance de 18,4% par rapport à l'année précédente, faisant passer la part de ce mode de transport à 15,5%, un record annuel. En tenant compte de ces chiffres, le trafic ferroviaire du Port de Barcelona suppose une économie annuelle de 46.315 tonnes de CO2, ou ce qui revient au même: éviter le passage de 197.928 camions par la route.

Le trafic de passagers a été l'un des trafics du Port de Barcelona les plus affectés par la pandémie en 2021. Le trafic de passagers a été interdit le 13 mars 2020. Dans le cas des croisières, l'interdiction n'a pas été levée avant juin 2021. Dans ce contexte, le trafic total de passagers en 2021 au Port de Barcelona a atteint près de 1,5 millions de personnes, en croissance de 74,7% par rapport à 2020. Il reste cependant à 67,6% en deçà des trafics de 2019. La reprise des ferrys a été plus rapide, à 34,4% en dessous des trafics pré-pandémie. Le trafic des bateaux de croisière est à 83,4% en dessous des niveaux de 2019. Malgré tout, l'exercice s'est clôturé avec un chiffre de 521.000 croisiéristes, ce qui est positif et laisse penser que la reprise continuera cette année.

Les marchés les plus dynamiques

Au cours de l'exercice 2021, les pays qui ont eu les échanges les plus dynamiques avec le Port de Barcelona ont été, dans le cas des exportations en conteneur: la Chine, les Etats-Unis, les Emirats Arabes Unis, l'Algérie et l'Arabie Saoudite. En ce qui concerne les importations, les principaux pays fournisseurs de marchandises qui arrivent au Port de Barcelona ont été: la Chine, la Turquie, l'Inde, les Etats-Unis et la Corée du Sud, dans cet ordre.